Menu navigation rapide :

  1. Aller au contenu
  2. Aller au menu rubriques principales
  3. Aller à la recherche
  4. Aller au menu langues
  5. Aller au menu aide
  6. Aller aux encarts
  7. Aller aux raccourcis clavier

Menu aide :

  1. Sanofi dans le monde |
     
  2. Nos sites internet |
     
  3. Sites Groupe |
     
  4. Pour nous contacter |
  5. Plan du site |
  6. Aide
  1. RSS
  2. Taille du texte

    Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  
 
 

Salle des médias

Pour nous contacter

Sanofi Canada

2905, Place Louis-R.-Renaud
Laval (Québec)
H7V 0A3

Demandes des médias

(514) 856-3860
Sans frais : 1 877 904-2667

Catherine Cunningham 

Chef, Communications d'entreprise et de marques
(514) 956-6120

Renseignements généraux

(514) 956-6200
1-800-363-6364

Communiqués

L'engagement de l'employeur en matière de santé des employés est un bon investissement

28 juillet 2010

Le Sondage sanofi-aventis sur les soins de santé 2010 fournit de l'information sur les rôles et responsabilités en vue d'améliorer de façon durable la santé au travail

MONTRÉAL, le 28 juill. /CNW Telbec/ - Les employeurs devraient être des partenaires actifs dans la santé globale de leurs employés et peuvent jouer un rôle important en les encourageant à prendre en main leur propre santé. Même si la treizième édition du Sondage sanofi-aventis sur les soins de santé semble indiquer qu'aucun employeur ou employé ne conteste la rentabilité de régimes de protection comme l'assurance médicaments d'ordonnance ou de soins dentaires ou les programmes d'aide aux employés, la santé au travail ne pourra être améliorée de façon durable que s'il y a un engagement plus profond en matière de dépistage précoce des maladies, de prévention et de bien-être en général.

"La comparaison de régimes de soins de santé parrainés par l'employeur nous donne une meilleure compréhension des besoins de nos intervenants", explique Hugh O'Neill, président-directeur général de sanofi-aventis Canada. "Nous sommes heureux de faire connaître les résultats du sondage de cette année, car ils seront utiles aux entreprises canadiennes en leur permettant d'appliquer concrètement les idées. Les programmes de bien-être sont non seulement avantageux pour les personnes et les entreprises, mais ils s'inscrivent également dans le cadre des priorités gouvernementales au sujet de la santé des Canadiens."

La qualité et la valeur perçues sont élevées, surtout en période d'incertitude

Une majorité d'employés canadiens (59 %) qui ont accès à un régime de soins de santé ont une haute opinion de la qualité de leur régime, surtout ceux qui croient que leur employeur réussit très bien à communiquer les détails du régime. Parmi ces derniers, une écrasante majorité (90 %) est d'avis que la qualité de leur régime est excellente (48 %) ou très bonne (42 %).

Le climat d'incertitude économique actuel a renforcé cette impression de qualité, près de huit répondants sur dix (77 %) étant d'avis que les conditions économiques actuelles faisaient en sorte qu'ils accordaient maintenant plus de valeur à leur régime de soins de santé.

"Le sondage nous a démontré que le fait de participer à un régime de soins de santé incite les employés canadiens à rester auprès de leur employeur actuel", ajoute Jacques L'Espérance, membre du conseil consultatif du sondage et président de J. L'Espérance Actuariat conseil Inc. "Les employés ont également une opinion plus positive de leur employeur en raison de leur régime de soins de santé."

Le bien-être et les soins préventifs sont des investissements stratégiques

Le remboursement des médicaments d'ordonnance reste l'avantage le plus fréquemment offert (plus de neuf employés sur dix ou 94 %), et 90 % des employés sont d'accord avec le fait qu'il est très important que leur régime de soins de santé rembourse les vaccins.

Le sondage révèle également que 9 % des répondants pourraient ne pas faire exécuter une ordonnance si le médicament prescrit n'est pas couvert par leur régime d'avantages sociaux. Cette donnée bondit à 23 % parmi ceux qui proviennent de ménages dont le revenu est inférieur à 30 000 $. De telles décisions peuvent avoir des effets indésirables sur la santé des employés, en plus d'occasionner des augmentations de l'absentéisme, des maladies et des perturbations liées à la santé qui nuisent aux employeurs et ont une incidence sur la fréquence des blessures et la productivité.

Le sondage a également démontré qu'environ le quart des participants à un régime ne connaissent pas les différences entre les pharmacies sur le plan des prix, ce qui indique clairement que les employés ont besoin de plus d'éducation et d'information pour devenir de meilleurs consommateurs. Les promoteurs de régimes, les assureurs et les conseillers pourraient analyser les pharmacies et faire la promotion de celles dont les frais sont les moins élevés et qui offrent des services spéciaux en matière de communication aux employés.

Près de quatre participants à un régime sur dix (37 %), un taux en hausse par rapport à celui de 28 % en 2009, affirment que leur médecin leur a demandé s'ils étaient assurés avant de rédiger l'ordonnance. Les mises à pied et l'absence de couverture universelle dans certaines provinces peuvent expliquer ce souci accru de la part des médecins, a fait remarqué le conseil consultatif.

Le stress, la fatigue et l'insomnie le plus souvent associés aux problèmes liés au travail

Près des deux tiers (63 %) des participants à un régime ont affirmé avoir éprouvé plus souvent du stress, de la fatigue ou de l'insomnie au cours de la dernière année. Près de la moitié (45 %) de ces répondants ont déclaré que des problèmes liés au travail en étaient la cause principale, suivie des problèmes personnels (22 %), des problèmes financiers (20 %) et des problèmes médicaux (19 %). Un répondant sur trois (33 %) a affirmé avoir souffert d'insomnie, mais cette donnée est presque multipliée par deux (63 %) chez ceux qui sont en mauvaise ou très mauvaise santé, et est également beaucoup plus élevée (50 %) chez ceux dont le revenu du ménage est inférieur à 30 000 $.

Lorsqu'on leur a demandé comment leur employeur contribuait de façon spécifique à régler les problèmes de santé au travail, près de un employé sur cinq (17 %) ont répondu qu'ils l'ignoraient, et moins de 10 % ont affirmé pouvoir compter sur la souplesse, la disponibilité et le soutien de leur direction. Les programmes de mieux-être au travail semblent être en déclin et moins de un employé sur trois (29 %) a accès à un tel programme à son travail. Le conseil consultatif du Sondage sanofi-aventis sur les soins de santé 2010 reconnaît que le potentiel de rendement sur l'investissement peut être élevé, et que les employeurs devraient intégrer des programmes de mieux-être pour assurer l'engagement des employés.

"Lorsqu'on a demandé aux répondants pourquoi ils ne participaient pas aux programmes de mieux-être de leur lieu de travail, la réponse la plus souvent évoquée était le manque de temps. Les employés n'ont pas le temps de faire leur travail, et encore moins de s'inscrire à un séminaire ou d'aller au centre de conditionnement physique", explique Jacques L'Espérance. "Les employeurs offrent des programmes de mieux-être d'une main, mais les retirent de l'autre en ne donnant pas suffisamment de temps. On doit se pencher sur cette question si on veut améliorer l'enthousiasme à l'égard des programmes de santé au travail et leur pertinence."

Au sujet du sondage

Le Sondage sanofi-aventis sur les soins de santé 2010 a été mené en ligne (sondage Internet) entre le 5 et le 13 janvier 2010 par la firme Ipsos-Reid au nom de Rogers - Titres d'affaires et professionnels. Un échantillonnage national total de 1 508 participants à un régime collectif de soins de santé a répondu au sondage. Des entrevues complètes ont été réalisées auprès d'un échantillonnage de participants choisis au hasard parmi les quelque 240 000 membres du comité Je-dis d'Ipsos-Reid au Canada.

Les résultats globaux présentent un taux de certitude de 95 % à +/- 2,5 % par rapport à ce qu'ils auraient été si la totalité de la population de participants canadiens à des régimes de soins de santé avait été sondée. Les données ont été statistiquement pondérées afin que l'âge, le sexe et la composition régionale de l'échantillon reflètent les caractéristiques de la population adulte décrites dans le Recensement de 2006.

Les membres du conseil consultatif du sondage comptent parmi les spécialistes du secteur des régimes d'avantages sociaux les plus estimés au Canada. Chaque membre représente un groupe essentiel du secteur, notamment des promoteurs de régimes de soins de santé, des fournisseurs de services de santé, des assureurs et des consultants du domaine. Pour obtenir plus de renseignements au sujet du Sondage sanofi-aventis sur les soins de santé 2010 et afficher la version complète du rapport de cette année, veuillez visiter le site : www.sanofi-aventis.ca.

À propos de sanofi-aventis Canada

Sanofi-aventis est un leader mondial de l'industrie pharmaceutique qui recherche, développe et diffuse des solutions thérapeutiques pour améliorer la vie de chacun.

Sanofi-aventis est représentée au Canada par sanofi-aventis Canada Inc., entreprise pharmaceutique établie à Laval, au Québec, et par Sanofi Pasteur Limitée, producteur de vaccins établi à Toronto, en Ontario. Ces deux entreprises comptent plus de 2 000 employés un peu partout au pays. Avec des investissements en R-D combinés de 181,6 millions de dollars en 2009, elles sont des leaders du secteur biopharmaceutique au Canada, une industrie indispensable axée sur le savoir qui est une source d'emplois, d'affaires et de possibilités dans tout le pays.

-------------------------------------------------------------------------
    Accès média :      ftp://ftp.national.ca/medias/SANOFI/210710/
                       Code d'usager : presse
                       Mot de passe : media
    -------------------------------------------------------------------------

Pour plus de renseignements: Renseignements: Christian Marcoux, M.Sc., Sanofi-aventis Canada, 514-956-4275, christian.marcoux@sanofi-aventis.com; Roch Landriault, 514-843-2345, rlandriault@national.ca; Stephanie Lyttle, 514-843-2365, slyttle@national.ca